Maison N°17, Rue Taison

précédente       1     2     3     4       suivante

COURRIER A MR LE MAIRE


Metz, le 2 juin 1869
Monsieur le Maire,

J'ai l'honneur de vous demander, l'autorisation de faire recrépir la façade de ma maison rue Taison N° 17.
Recevez, Monsieur le Maire mes salutations empressées

BROCARD

RAPPORT DU VOYER

Vu le plan des alignements de la ville,
Vu l'arrêté préfectoral en date du 10/09/1858 concernant les permissions de grande voirie dont application est faite pour la voirie urbaine
Vu les lieux,
Considérant que la maison dont il s'agit se trouve en saillie sur l'alignement arrêté.
Mais que le mur de face est en bon état, le soussigné est d'avis qu'il y a lieu d'autoriser Mr BROCARD propriétaire de la maison siotuée rue Taison N° 17 à faire piquer, crépir et enduire le mur de façade de la dite maison.

Aux conditions suivantes :
Le mur sera piqué légèrement.
Il est défendu de faire dans le crépi aucun lancis empierrés ou autres matériaux durs.
Il ne sera fait aucun ouvrage en saillie sur le nu du mur de face.
Dans l'établissement des échafaudages, l'entrepreneur prendra toutes précautions nécessaires pour assurer la liberté

de la circulation et la sécurité des ouvriers.
...................... Metz le 9 juin 1869
L'agent Voyer
Lu et approuvé
L'architecte de la ville

L’ECHAFAUDAGE
L’échafaudage est né avec les premières activités humaines. Depuis ces temps reculés, cet assemblage provisoire (longtemps appelé échafaud) - sur lequel travaillaient les ouvriers - reste étroitement lié aux travaux d’édification des bâtiments.


Depuis la Révolution française, le mot échafaud continue d’être associé à la guillotine et au




précédente         suivante