Gnralits Moselle

précédente       1       suivante

HISTOIRE DE LA COMMUNE


Icare concept - cliquez sur la photo pour la réduire

Entrée du Pays-Haut, Angevillers domine de 220 mètres Thionville et la vallée de la Moselle. La première mention du village remonte à 926 (Ansherisvilla), qui provient du nom propre germanique Ansher, et du latin villa, domaine. Le nom évolue ensuite en Ansieviller (1236), Auxievilleirs (1281), Ainxvilleir (1336) Enchevilleir 1360), Answeiler et enfin Angevillers au XVIIIe siècle. L’occupation du site semble
antérieure au Xe siècle.
Des fouilles ont révélé la présence d’outils et de monnaies de l’époque gallo-romaine, ainsi que d’une nécropole du VIIe siècle découverte dans le village en 1969.
Icare concept - cliquez sur la photo pour la réduire
Fief des seigneurs de Bassompierre (au château quasi disparu aujourd’hui) du XIVe au XVIIe siècle, Angevillers est Luxembourgeois jusqu’en 1659, lorsque la paix des Pyrénées, signée entre Espagne et France, apporte le Thionvillois au royaume des Lys. Le francique luxembourgeois y est parlé couramment jusqu’au XXe siècle. Jusqu’à la Révolution, elle est siège d’un fief, d’une justice et d’une métairie franche et appartient à la province des Trois-Évêchés et au bailliage de Thionville. Paroisse
de l’archiprêtré de Thionville et dépendante du chapitre de la cathédrale de Metz, elle appartient au diocèse de Metz.
Erigée en commune en 1790, elle absorbe celle d’Algrange de 1811 à 1833, à son tour l’annexe de 1941 à 1944, alors Arsweiler. Peu peuplée au XIXe siècle, Angevillers voit sa
Icare concept - cliquez sur la photo pour la réduire
population croître par l’exploitation de la mine après 1880. Deux cités de mineurs (« colonie du haut » et « colonie du bas ») sont construites pour faire face cet afflux de travailleurs. Dans les années trente, un camp militaire est construit à proximité pour abriter les troupes de forteresse des ouvrages de la ligne Maginot de Molvange et de Rochonvillers.